Si vous êtes un grand nostalgique des veilles consoles de jeu, vous avez certainement installé un paquet d’émulateurs sur votre PC moderne. Seulement, voilà : entre Stella, MAME, ParaLLEI ou encore PicoDrive, il n’est pas toujours aisé de faire cohabiter tout ça ou de tout unifier dans un même launcher. Grâce à ce petit tuto, on va voir comment procéder pour se configurer la machine à émuler ultime, en combinant les talents respectifs de RetroArch et LaunchBox.


Phase 1 : installer et configurer RetroArch

Actuellement disponible en version 1.3.6 (mise à jour en juillet dernier), RetroArch est à mon sens la meilleure plateforme multi-émulation du moment. Disponible sur une quantité impressionnante de machines et d’OS (Windows, OSX, Linux, Android, iOS, mais aussi PS3, PSP, Xbox 360 et 1, Gamecube, et bien d’autres encore), l’application est en réalité un front-end pour l’API libretro, une bibliothèque qui permet la création aisée d’émulateurs (plus d’info ici pour les curieux).

  1. Dans un premier temps, récupérez l’archive correspondant à la dernière version stable pour votre OS ici.
  2. Décompressez ensuite le fichier RetroArch.7z n’importe où sur votre disque dur; le soft étant « portable », il ne nécessite pas d’installation particulière.
  3. Lancez l’exécutable « retroarch.exe ».

Conseil : par défaut, sur le pad, le choix des boutons est un peu contre-intuitif (B pour valider, A pour revenir en arrière). Je recommande donc plutôt de procéder à la configuration du soft avec une bonne vieille souris. De toutes façons, une fois le setup terminé, on ne se servira plus que de LaunchBox pour lancer nos jeux émulés.





Étape suivante : configurer une machine à émuler, ce que RetroArch nomme un « core ». Pour la simplicité de ce tutorial, je me contenterai d’installer une version virtuelle de l’Atari VCS 2600, agrémentée de quelques jeux. Libre à vous de répéter ensuite l’opération pour toutes les machines que vous souhaitez émuler.



  1. Rendez-vous dans la section « Online Updater » et cliquez sur « Core Updater ». RetroArch va vous proposer une liste de tous les modules d’émulation disponibles.
  2. Choisissez « Atari 2600 (Stella) » pour émuler la console choisie dans cet exemple et cliquez dessus pour télécharger la DLL correspondante.

Enfin, dans les options (le deuxième icône, celui en forme de petit écrou), rendez-vous dans la section « Configuration », et activez la « Configuration Per-Core », qui vous permettra d’avoir un setup spécifique à chaque machine (pratique pour éviter d’avoir à remapper ses pads à chaque changement de bécane).




Et c’est tout pour la partie RetroArch ! Répétez les étapes décrites ci-dessus pour installer d’autres cores, si besoin…

Phase 2 : installer et configurer LaunchBox

Je vous avais déjà parlé à plusieurs reprises (ici et ) de LaunchBox, ce launcher universel qui m’avait jusqu’ici moyennement convaincu. Eh bien, aujourd’hui, c’est son jour de gloire ! Le soft fonctionne en effet redoutablement bien en conjonction avec RetroArch, et permet de s’affranchir de l’interface un peu austère de ce dernier, pour quelque chose d’un peu plus joli et intuitif.

  1. Téléchargez LaunchBox (en version gratuite) sur le site officiel, ici, installez-le et lancez-le.
  2. La manière la plus simple d’y ajouter des jeux émulés est de procéder à un glisser/coller du répertoire contenant vos ROM directement dans la fenêtre du soft (attention de bien le faire machine par machine, pour configurer l’ensemble de manière adéquate).
  3. LaunchBox va alors vous demander quel type de contenu vous êtes en train d’importer (choisissez ROM files) et pour quelle plateforme (choisissez Atari 2600).
  4. Le soft va ensuite s’enquérir de l’émulateur que vous souhaitez utiliser pour cette machine : cliquez sur « add », entrez « Retroarch » comme nom et renseignez-lui l’endroit où se planque l’EXE du soft. Laissez le reste tel quel et cliquez sur OK. Retroarch est désormais configuré comme émulateur dans LaunchBox, affecté à l’émulation de la console d’Atari.
  5. LaunchBox va ensuite vous demander si vous souhaitez déplacer ou non les ROM dans son propre folder, à vous de voir ce qui est préférable.
  6. On peut ensuite configurer les assets qu’on souhaite récupérer (scan des boites, des cartouches, de pubs d’époque, de logo, de fanarts, et même de vidéos via EmuMovies) et LaunchBox va se charger de tout rapatrier pour vous.



Et c’est tout ! Le soft va mouliner un moment, en fonction du nombre de ROM à importer, et une fois le processus terminé, le résultat final devrait ressembler peu ou prou à ceci :




Joli, non ? Et pour les perfectionnistes qui voudraient pouvoir en profiter dans leur canapé, il suffit de rajouter un raccourci LaunchBox dans votre bibliothèque Steam, et de lancer ce dernier en mode Big Picture, pour jouer à Yar’s Revenge sur votre grosse télé.

Et la Megadrive ? Et la SNES ? Et la Gameboy* ?

Pour ajouter d’autres machines à émuler, on reprendra tout simplement la procédure depuis le début :

  1. ajout d’un core dans RetroArch pour permettre d’émuler une nouvelle machine de son choix ;
  2. drag & drop du dossier contenant les ROM dans LaunchBox ;
  3. configuration de ce dernier comme on l’a vu quelques lignes plus haut pour qu’il utilise RetroArch comme émulateur dédié à la machine en question


Bref, un jeu d’enfant ! Des questions ou remarques ? N’hésitez pas à vous manifester dans les commentaires, je tâcherai d’y répondre au mieux. En attendant, bon amusement, et bon voyage dans le temps !

(*) Oui, n’en déplaise à mon ami Pipo, les règles de base du français moderne indiquent qu’il est préférable (et plus correct) de dire « la » Gameboy. Peace.



Source : https://www.geekzone.fr/2016/11/15/t...-et-launchbox/


RetroArch v1.6.8 disponible

La Team Libretro vient de libérer une nouvelle version de son émulateur multi plateforme RetroArch, la version v1.6.8 arrive avec de sérieuses ambitions de changement, les nouveautés sont nombreuses, et les corrections de bugs également légion.





Il est possible désormais de changer les couleurs de fonds, et de textes, c'est assez utile dans la version Wii U, le scanner a été amélioré, il peut à nouveau scanner les archives, supporter les fichiers CHD et il vérifie maintenant la première piste de données d'un disque, plutôt que la liste des cues.

Bonne nouvelle tous les cores sont mis à jour, et personne n'a été oublié, on retrouve même les versions PS3 CEX, DEX et ODE !






Le changelog de cette v1.6.8 (traduction approximative) :

Audio: Corrige le sélecteur Audio DSP
CHEEVOS: Ajout du support pour les cheevos Atari Lynx.
CHEEVOS: Ajout du support pour les classements RetroAchievements.
GUI: (MaterialUI) Correction d'un crash qui se produit lors de la réinitialisation du contexte avec Vulkan.
GUI: (MaterialUI) Ignorer les éléments d'interrogation et de dessin qui ne sont pas visibles; Cache la hauteur du contenu et le calcul de bbox.
GUI: (MaterialUI) Correction du calcul de la surbrillance de la zone de saisie.
GUI: (XMB) Ignorer le dessin de la liste des évanouissements quand il est déjà transparent. Optimisation.
GUI: (XMB) Commentez le calcul de l'élément visible dans xmb_draw_items ().
GUI: (RGUI) Empêche les plantages lors de l'utilisation d'un langage autre que l'anglais basé sur UTF8.
GUI: Ajout d'une option de menu pour la couleur d'arrière-plan de l'OSD.
GUI: Ajout d'une option de menu pour la couleur du texte OSD.
GUI: Ajout d'une option de menu pour supprimer le nombre de cadres de l'OSD.
GUI: Autoriser l'enroulement des paramètres int / float en appuyant sur la touche gauche
INPUT / LIBRETRO: Ajout du support pour plus de boutons de la souris (boutons 4/5)
INPUT / LIBRETRO: Ajout du support pour les boutons analogiques
INPUT: Affiche toujours le menu des contrôles même si les descripteurs ne sont pas définis
INPUT: Les descripteurs d'entrée fixes ne sont pas définis sur les coeurs qui n'implémentent pas l'interface des contrôleurs
INPUT: Appliquer des descripteurs uniquement pour la quantité de noyaux supportés par le noyau
INPUT: Implémenter le clavier pour le remappage d'entrée du gamepad (limité à un périphérique pour l'instant)
INPUT: Correction de la manipulation absolue du déplacement de la souris sur le pilote winraw
INPUT: Ignorer la saisie au clavier si la fenêtre n'est pas active sur le pilote udev
INPUT: Désinfecter les noms de fichiers des profils autoconfig avant de les enregistrer
LOBBIES: Correction d'un plantage lors de la navigation à gauche / droite depuis le menu du lobby
LOCALISATION: Mise à jour de la traduction néerlandaise
LOCALISATION: Mettre à jour la traduction italienne.
LOCALISATION: Mettre à jour la traduction japonaise.
LOCALISATION: Mettre à jour la traduction portugais-brésilien.
LOCALISATION: Mettre à jour la traduction russe.
LINUX / ARMHF: Définit l'URL de mise à jour du buildbot sur l'emplacement armhf au lieu de la chaîne vide
LINUX / PI: Broadcom VC4: Ajout d'une option de configuration Videocore
LINUX / UDEV: Correction - RetroArch lit la saisie au clavier quand elle n'est pas focalisée avec le pilote d'entrée udev.
NETPLAY: Correction de la déconnexion ne désinitialisant pas complètement Netplay.
NETPLAY: Correction des salles de LAN quand il y a plus d'une pièce
NETPLAY: Correction des salles LAN sur les systèmes où toutes les adresses sont traitées en IPv6
COMMON: Corrige les conditions de boucle infinies dans les listes de lecture.
WINDOWS / GDI: Correction du scintillement du texte.
WINDOWS / GDI: Correction de la corruption des graphiques sous Windows 98
WINDOWS / GDI: Autoriser la compilation sans DirectInput8 pour le support NT
WINDOWS / WGL: Tente d'utiliser wglSwapLayerBuffers au lieu de SwapBuffers si possible (pour des performances plus optimales).
WINDOWS: Correction de la corruption du texte menubar sur les systèmes de paramètres régionaux japonais
WINDOWS: Prend en charge les E/S de fichiers Unicode (peut maintenant afficher les caractères CJK dans le navigateur de fichiers par exemple).
WINDOWS: Support de Windows 95, NT 3.51, NT4
WINDOWS: Ajout des cibles Makefile.griffin pour msvc6,2003,2005,2010,2012,2013
WII: Utilisation du SDK libogc intégré personnalisé.
WIIU: Prise en charge initiale de l'écran tactile pour la manette Nintendo Wii U.
WIIU: Ajout du support de Cheevos.
SCANNER: Correction de l'analyse des archives.
SCANNER: Support des fichiers CHD.
SCANNER: Prise en charge de l'analyse ISO Gamecube.
SCANNER: Utilisation de la piste de données principale des images de disque pour les recherches CRC plutôt que les fichiers cue. Ceci est plus lent mais trouve des correspondances plus fiables, et cela est nécessaire pour que les fichiers CHD fonctionnent. Mettez à jour vos bases de données !
SCANNER: Regarde l'intérieur des archives en faisant correspondre le contenu MAME / FBA (les cores les plus récents seulement). Si vous avez eu du mal à détecter du contenu auparavant, vous aurez peut-être plus de chance maintenant. Mettez à jour vos bases de données et les informations de base !


Tout est là : RetroArch v1.6.8

Source : http://www.logic-sunrise.com/news-96...isponible.html